Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, documentation, dossiers, forum, formulaire pour participer au site,...
Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,... Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,...
Une action de l'association
Liste de discussion
Pour échanger par email, de manière conviviale, sur tout ce dont parle le site, inscrivez-vous :

Les Docs

Articles & Documentation Protection des espaces naturels Quand les retenues d'eau menacent d’assécher les fonds publics
 

Quand les retenues d'eau menacent d’assécher les fonds publics

Date de publication : Lundi 20 Mars 2006 à 19H33:55
Déjà 8178 personnes l’ont lu


Quand les retenues menacent d’assécher les fonds publics L’eau, élément vital pour la vie et la survie de l’humanité, sera une fois de plus célébrée, ce mercredi 22 mars, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau. Notre pays où l’eau est abondante n’échappe pas à cette célébration. Ce sera même, pour les agriculteurs qui irriguent, une occasion supplémentaire de revendiquer la construction de nouvelles réserves d’eau, évidemment sur fonds publics : la fédération France Nature Environnement dénonce les dérives de cette agriculture « irraisonnée ». Alors que l’hiver se termine, et bien qu’il ait plu début mars, la recharge des nappes reste toujours timide, voire inexistante. L’ampleur de la sécheresse attendue résultera en effet des déficits successifs des pluies hivernales et estivales, observés sur plusieurs années. Le spectre du manque d’eau apparaît comme en 1976, en 1992 en 2003, et aussi en 2005 : l’été 2006 risque d’être très sec ! Alors que les kilomètres d’assecs (portion de rivière asséchée) augmentent un peu plus chaque été (3 800 km recensés l’été dernier), de nombreux acteurs, irrigants en tête, demandent inlassablement que de nouvelles retenues d’eau soient construites. Mais comment remplir ces ouvrages alors qu’une sécheresse hivernale s’installe ? Malgré ces doutes, la fête continue. En Loire-Bretagne, la Commission « Interventions » du Conseil d’administration de l’Agence de l’eau, vient de donner très démocratiquement son accord au financement de quatre retenues de substitution en Vendée : 1 684 000 m3, permettant d’irriguer près de 1 000 ha, payés à 100% par l’argent public ! Dans ces conditions, les petits trous ne demandent qu’à se reproduire (62 retenues en projet en Charente maritime, 16 en Deux-Sèvres, 10 en Vendée…). FNE rappelle que ces aménagements sont susceptibles de provoquer des dommages importants sur le fonctionnement des milieux aquatiques, lorsqu’ils se multiplient. Plus que jamais, FNE insiste sur la nécessité de procéder à des études d’impact globales, à l’échelle des bassins versants, en tenant compte au cas par cas des économies d’eau réalisables, de la diminution des surfaces irriguées annoncées, et des impacts écologiques. Rappelons que les premiers projets ont éveillé des doutes au niveau des tribunaux administratifs, que le « bon état des eaux », exigé par la Directive-Cadre sur l’Eau (DCE), ne peut absolument pas être atteint dans ces conditions, et que cette même DCE nous incite à une autre gestion de l’eau, par une clarification des transferts financiers : qui paie et pour qui, et dans quelles applications des principes pollueur-payeur et préleveur-payeur ? A l’occasion de cette journée de l’eau, FNE incite les français à agir auprès des élus de toute responsabilité pour que soient respectés les choix qu’ils ont exprimés au cours de la consultation du public instaurée par la DCE, à savoir le respect du principe pollueur-payeur. "Source" : FNE (fédération Nature Environnement) - http://www.fne.asso.fr

Les internautes réagissent :

 De claudie, le Jeudi 10 Septembre 2009 à 10H21:57

Les réserves d'eau vont limiter au maximum les inondations. Hors c'est pas ces inondations que les nappes se remplissent. Mais en Charente maritime, les cours d'eau ont déjà souffert d'une "calibration" importante pour faire partir l'eau plus vite l'hiver, et ensuite on est surpris de ne plus avoir d'eau dans les nappes l'été!! et du coup, plus d'eau non plus dans les cours d'eau.
Le problème des assecs date d'une vingtaine d'année. Ce qui correspond à l'implantation des champs de maïs. Il a fallu, pour qu'il puisse pousser faire de grandes modifications, puisqu'en Charente-maritime le terrain ne se préte pas du tout à cette culture.
La première chose a été de faire vider les canaux l'hiver, car l'eau dans les champs en début de printemps empêche les semi de maïs. Ensuite des irrigations sauvages se sont implantée car le maïs ne supporte pas le manque d'eau et qu'en été la pluviométrie en charente maritime est très restreinte. Les quotas d'irrigation sont démesurés par rapport aux capacités des réserves naturelles. Alors maintenant les irrigants demandent tout simplement que nous leur construisons des réserves !!
Les irrigants vivent des subventions dans cette région. Le maïs permet une rente bien confortable.

A aucun moment, on ne se pose la question de savoir si le maïs est bien une culture qui correspond à la région!!
Nous ne souffrons pas d'une pénurie d'eau, mais d'une main mise financière bornée des maïsciculteurs et d'un état qui est à leur solde.

En 2009, pluviométrie moyenne dans les normes et 60% des cours d'eau sont assecs!! Le maïs se porte bien! les poissons ont le ventre en l'air, merci!
 De médeau adrien, le Mardi 27 Mars 2007 à 17H33:30

il est vrai que laisser partir des milliers de mètres cubes d'eau à la mer en hiver lors de précipitation importante est une bonne gestion de l'eau en charente maritime

Textes à lire dans cette rubrique :

Label forestier PEFC : une imposture derrière une belle façade ? (27/08/2010 14h31:54)
Support à la réalisation d’un documentaire (3), une enquête est ainsi récemment venue entacher l’aura de respectabilité revendiquée par le label...
Tintin, Google et les publicités Baumaux (11/02/2008 19h00:38)
Dominique GUILLET, président de l'association kokopelli, poursuivie par le grainetier Baumaux pour ses activités protectrices de la biodiversité, nous a communiqué...
Enfin : il n'y aura pas d'Or pillage en Guyane (05/02/2008 19h03:39)
Le Président de la République a décidé de ne pas donner une suite favorable au projet de mine d’or sur la...
Le Parlement européen élargit l'interdiction des exportations de mercure et soutient le stockage temporaire du mercure liquide (05/08/2007 18h08:30)
Paris, le 21 juin 2007. - Le CNIID (1) se félicite du vote du Parlement européen sur la proposition de règlement...
Point P s'engage pour la protection des forêts (11/05/2007 23h13:09)
Point P vient de prendre la décision d'arrêter la commercialisation du moabi, un arbre originaire des forêts du Bassin du Congo...
Déforestation en Tasmanie : la pernicieuse certification PEFC (13/11/2006 22h16:56)
Au large de l'Australie, la Tasmanie abrite encore de magnifiques forêts primaires, une biodiversité exceptionnelle et des arbres parmi les plus...
Ecodétective bois : bonnes et mauvaises pratiques des enseignes qui vendent du bois (09/05/2006 16h05:20)
Salon de jardin, parquet ou menuiserie, les articles vendus dans les magasins sont encore trop souvent fabriqués à partir de bois...
Concours de deterrage : Un amusement cruel et néfaste pour la faune sauvage (09/05/2006 15h55:18)
Du 25 au 28 mai prochain, l’association des amis du rallye Les Mailleries organise, avec le soutien de l’Association Des...
Quand les retenues d'eau menacent d’assécher les fonds publics (20/03/2006 19h33:55)
APEL : association de protection de lac au Québec
L'association APEL a pour vocation la protection du lac St charles et des marais du nord au Québec. Extrait de sa...

Votre recherche dans les documents et petites annonces de cette rubrique :


Contact | Mentions légales | Partenaires | Com' | Participer | © Un grain de sable 2008