Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, documentation, dossiers, forum, formulaire pour participer au site,...
Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,... Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,...
Une action de l'association
Liste de discussion
Pour échanger par email, de manière conviviale, sur tout ce dont parle le site, inscrivez-vous :

Les Docs

Articles & Documentation Pollution Chimique Le non-labour dans les sillons de l’agro-chimie
 

Le non-labour dans les sillons de l’agro-chimie

Date de publication : Dimanche 03 Juin 2007 à 12H01:48
Déjà 6009 personnes l’ont lu


Suite à des articles louant le non-labour comme la nouvelle révolution verte et suite à la découverte de la page “agro-écologie” du CIRAD en France, il nous a semblé essentiel de faire le point sur cette pratique agricole appelée également “semis direct” et autrefois appelée “agriculture chimique” ou “chemical farming”. En effet, il y a non-labour et non-labour. Et celui de Fukuoka n’a strictement rien à voir avec celui de Monsanto!

Cette pratique, introduite par l’agriculture moderne il y a une quarantaine d’années, recouvre officiellement 96 millions d’hectares sur la planète (à savoir 4 fois la surface agricole de la France). Elle fut introduite avec le souhait louable de lutter contre l’érosion des sols. Cependant, elle est devenue l’agriculture la plus toxique du monde (chimères génétiques + pesticides à outrance) et on pourrait se demander si la lutte contre l’érosion n’était pas une gentille excuse pour accroître, de façon considérable, les profits de la mafia en contrôle de l’agro-chimie et des chimères génétiques.

La majorité des surfaces agricoles en non-labour sont dédiées à la production de viande (soja et maïs) et récemment d’agro-carburants (soja et maïs ). Alors que le cancer des pesticides accroît son emprise sur toute la planète, il n’est que temps de démystifier le non-labour chimique qui est une catastrophe (une de plus) pour l’environnement et la santé de l’humanité.

Origines du non-labour chimique
En Amérique du nord, les premiers essais de non-labour chimique virent le jour grâce à l’invention de l’herbicide 2,4 D dans les années 40.

En Europe et Amérique du nord, c’est l’invention du Paraquat en 1955 et sa commercialisation en 1961 qui permit l’expansion des pratiques de non-labour. Rappelons que le Paraquat est un des herbicides les plus dangereux et que début octobre 2006, la Déclaration de Berne lançait, sous la forme d’un site web, un «tribunal public» sur l’affaire paraquat. Cet herbicide est actuellement produit par Syngenta.

Les techniques de non-labour furent grandement facilitées également par l’introduction de l’atrazine. Cet herbicide peu onéreux fut introduit en France en 1962 et interdit en Europe en 2002: à savoir 40 années d’utilisation d’un herbicide qui fut jugé inoffensif par l’établissement scientifique à la solde de l’agro-chimie et qui est le principal polluant des eaux en France.

En Amérique Latine, c’est le Brésil qui fut pionnier dans l’introduction des techniques de non-labour. Les débuts sont reportés avoir été très lents pour la raison toute simple, c’est que seuls deux herbicides étaient disponibles à cette époque: le 2,4-D et le Paraquat.

Et certains osent parler d’agro-écologie et d’agriculture durable quand ils promeuvent le non-labour chimique! Quelle grande farce.

(... pour lire l'intégralité de l'article : http://www.liberterre.fr/gaiasophia/agriculture/pesticides/index.html)

Quelles solutions ?


En effet, le non-labour bio est très efficace. Il suffit de consulter les ouvrages du grand maître de l’agriculture, Masanobu Fukuoka: “La révolution d’un seul brin de paille”, “L’agriculture naturelle” et “La voie du retour à la nature”.

L’agriculture naturelle de Fukuoka repose sur quatre principes très clairs et très simples:
- pas de labour
- pas de pesticides
- pas de désherbage
- pas de fertilisant

Annadana 25, l’antenne de Kokopelli en Inde, a pu expérimenter depuis 7 années une synergie de pratiques agro-écologiques qui porte ses fruits: le compost, le vermi-compost, les techniques de Fukuoka, les Effective Micro-Organisms, la biodynamie, les engrais verts, le jardinage bio-intensif de John Jeavons, les “terra preta” de l’Amazonie, etc.

Nous cultivons en planches surélevées de 30 cm de hauteur et d’1m20 de largeur. La bio-masse cultivée durant la mousson de l’automne (sorghum, crotalaria, etc.) est hachée à la machette en fin de mousson et laissée à décomposer en surface recouverte d’une fine couche de terre et aspergée d’EM (Effective Micro-organisms du Professeur Teruo Higa).

Les semences sont directement semées à la main (ou les plants repiqués) dans le mulch. En 60 jours, à partir du semis, nous produisons des semences de concombres. En 60 jours, à partir du semis, nous produisons des courges musquées (de type Pleine de Naples ou Longue de Nice) qui partent sur le marché local.

En 60 jours à partir du semis et avec très peu d’eau.

L’Inde possède (encore, mais cela ne va pas durer) 150 millions d’hectares de terres arables. Tous les grands maîtres de l’agro-écologie en Inde s’entendent sur le fait que l’on puisse nourrir de 20 à 25 personnes par hectare en agriculture “bio-intensive”, à condition d’avoir de l’eau bien sûr, et en régime végétarien.

Ce qui veut dire que l’on pourrait nourrir 3 milliards de personnes en Inde en agro-écologie et, répétons-le, en régime végétarien.

En effet, le problème du non-labour chimique doit être resitué en ne perdant pas de vue ses objectifs qui sont avant tout de produire du végétal pour nourrir les animaux à viande pour les nantis de cette planète.

Et le problème se complique d’autant que les objectifs sont également de produire des agro-carburants pour faire rouler les voitures des nantis de cette planète. Ou les avions car l’Argentine vient juste de faire voler son premier avion au diesel végétal de soja.

Quant à la lutte contre l’érosion supposée être le fondement premier de la pratique du non-labour chimique, la question semble simple.

Quelle différence entre, d’une part, un sol érodé par l’eau et le vent et, d’autre part, un sol non labouré et non érodé mais biologiquement défunt parce que matraqué par la chimie lourde? Aucune différence et le second est appelé à s’éroder à court terme.

Et au rythme de désertification actuel, il ne restera plus un gramme de terre arable sur la planète en 2050.

La seule solution: la libération de l’humus de l’emprise de la chimie.

Pour lire la suite : http://www.liberterre.fr/gaiasophia/agriculture/pesticides/index.html

Les internautes réagissent :

 De michel, le Lundi 16 Novembre 2009 à 06H12:16

pour situer les choses,je suis moi même agriculteur bio depuis 30 ans,je me suis laissé séduire par le livre de carlos crovetto "agriculture durable" et si je n'ai certes pas ababdonné la bio pour faire comme lui,je pense qu'il faut savoir voir les bonnes pratiques et ne pas avoir de position carricaturale sans jamais avoir travaillé la terre comme l'auteur,je crois qu'il vaut mieux le non labour de crovetto avec une création d'humus flagrante,plutôt que le labour,l'érosion et la pollution par les nitrates et les phosphates comme pratiquent 99% des paysans subventionnés par l'europe.
mais il vaut mieux une agriculture bio sans labour avec la pratique systématique de cultures intermédiaires san utilisation de phosphates ni de fientes de volailles brutes car dans la pratique les céréaliers bio recyclent les sous produits de l'agriculture industrielle (parfois bio)fientes de volailles d'élevages antinaturels,sang,plumes et cornes d'abattoirs industriels et ça si ça se savait,il y a beaucoup de végétariens qui se détourneraient du bio,donc ne carricaturons pas,il faut que tout le monde balaie devant sa porte,ce n'est malheureusement pas "si simple"
 De Vesques Gérard, le Mardi 30 Juin 2009 à 11H09:15

Je suis partant mais il me faudrait pour mon petit jardin un manuel pour faire cela correctement, car c'est la bonne pratique et l'écoute des espèces qui permettent la génération de carbone

Textes à lire dans cette rubrique :

La faillite de l'évaluation des pesticides sur les abeilles (13/07/2012 20h15:32)
Le coupable est-il plutôt l'incompétence ou l'accumulation de conflits d'intérêts ? Impossible de trancher. Mais la question est désormais posée :...
Pesticides dans les raisins... (03/12/2008 10h19:10)
Une grande enquête a été menée par 5 ONG, dont le MDRGF pour la France, dans 5 pays européens ( Italie,...
DVD Le Titanic Apicole : la Terreur Pesticide (30/11/2008 18h48:09)
Alors que les scandales concernant les pesticides continuent d'éclater cà et là (baisse de fertilité du sperme, toxicité du vin, résidus...
Un risque plus eleve de cancers de la lymphe chez les agriculteurs (29/11/2008 18h40:23)
Les agriculteurs exposes a certains pesticides presentent selon toute vraisemblance un risque plus eleve de developper un cancer du systeme lymphatique...
L'insecticide Cruiser interdit en Allemagne ! (24/05/2008 13h21:40)
Alors que la France a donné une Autorisation de Mise sur le Marché au Cruiser en début d’année suite à une...
Insecticide Regent TS et abeilles (16/02/2008 10h57:58)
Possibilités de risques inacceptables pour les abeilles selon un rapport officiel du CST ! Abeilles: le pesticide Régent présente un "risque...
Pesticides et agrocarburants au coeur du débat public (23/10/2007 21h39:09)
A travers une dépêche de l'Associated Press et un article du Monde retrouvez l'actualité des pesticides en France et en Europe....
Kashagan : un projet très dangereux ! (23/10/2007 21h16:30)
Un collectif international d'ONG, qui s'est rendu au Kazakhstan du 4 au 13 septembre 2007 pour évaluer les impacts environnementaux et...
Des résidus de pesticides toxiques dans les fruits des eurodéputés (23/10/2007 21h09:36)
Mercredi 10 octobre à 10h30 au Parlement Européen, le réseau PAN-Europe (dont le MDRGF est un des administrateurs) et l'ONG Milieudefensie...
Pesticides génotoxiques : du nouveau (06/09/2007 20h04:23)
La jeune chercheuse Irena Hreljac travaille au sein du Département pour la toxicologie génétique et la biologie du cancer à l'Institut...
Abeilles et pesticides : la mort des abeilles met la planète en danger (26/08/2007 20h50:40)
Les Echos 20/08/07 Les abeilles s'éteignent par milliards depuis quelques mois. Leur disparition pourrait sonner le glas de l'espèce humaine. C'est...
Un herbicide hautement cancérigène (05/08/2007 17h43:22)
Interview dans le Télégramme de Brest : l’herbicide le plus répandu en Occident est hautement cancérigène. À l’occasion de la...
Le non-labour dans les sillons de l’agro-chimie (03/06/2007 12h01:48)
Toxicité neurologique des produits chimiques : une bombe à retardement ! (13/11/2006 21h41:51)
La pollution chimique, du fait de ses effets sur le développement cérébral de l'enfant, a créé "une pandémie silencieuse dans les...
Stockage de pesticides dans le Pas de Calais (06/01/2006 18h52:14)
Stockage de pesticides dans le Ternois : 1 an de lutteNATS a été créée le 23/11/2004 pour lutter contre l'implantation...
Nouvelle menace franco-allemande sur le programme REACH (08/11/2005 20h04:58)
Tout d'abord, pour ceux qui ne connaissent pas le programme REACH, infos sur le site de Greenpeace.Les ONG de protection...

Votre recherche dans les documents et petites annonces de cette rubrique :


Contact | Mentions légales | Partenaires | Com' | Participer | © Un grain de sable 2008